Le syndrome de l’amour des bottes militaires et d’al-Assad